files/logo_Ed&F_portraits_transp_200.png
la branche communication




files/Clans_16/gonf5.gif
Laboratoire des Hypothèses



43°59′44″ Nord, 7°08′54″ Est. Clans.
Après 2 années de sommeil, le réveil de la base.

45°32'5.89"N | 2°8'52.312"E | alt. 664m | Meymac


Une île – dispositif autonome en attente.


<< 0/0 >>


    Un espace en cours d'élaboration. Le principe en est simple.

    Les gouttières visibles par les fenêtres de l'étage laissent échapper quelques gouttes, un filet d'eau qui, capté par des tubes, emplit lentement des bacs en plastique. Arrivé au niveau déterminé par les contre-poids, les bacs basculent, envoyant dans le réseau d'évacuation en PVC une vingtaine de litres d'eau. Les vingt litres, accélérés par la gravité excitent 2 turbines réparties au rez-de-chaussée-haut et au premier étage du centre d'art l'abbaye Saint-André. Ces générateurs électriques produisent de manière discontinue une tension de 12V sous un courant aux alentours de 10 milliampères. Ces quelques milliampères, eux insensibles à la gravité, sont remontés au second étage par 2 fils de cuivres gainés, et rechargent lentement une batterie composée de 10 accumulateurs au nickel et cadmium d'une tension individuelle de 1,2 volts et d'une puissance de 2650 milliampères/heure.
    Certains des dispositifs en cours de construction dans des valises rassemblées à l'étage nécessitent une tension de 12 volts et une certaine puissance. D'une part, ils ne s'activeront que sur l'ordre d'un détecteur électronique, à la pleine charge de la batterie. Leur activation nécessitera d'autre part une seconde condition, la présence d'une valise cruciale élaborée à distance par Eddy Godeberge*.
    Le temps de charge de la batterie, si l'on considère que les turbines tournent de manière continue, en quelque sorte que la pluie tombe sans cesse sur la belle ville de Meymac, peut se calculer aisément.
    Sachant que la batterie peut délivrer une puissance de 2650 milliampères/heure
et que le système d'alimentation produit un courant estimé à 10 milliampères/heure, rechargeant donc la batterie de 10 milliampères en une heure, il faudra donc 265 heures c'est à dire environ 11 jours pour la recharger.
    Cette batterie se déchargeant naturellement de 1 milliampère par jour, en 11 jours, elle aura dissipé 11 milliampères. Ajoutons donc 1 jour de charge.
    Théoriquement, le dispositif ainsi mis en place, en cas de pluie continue, s'éveillera pour quelques minutes tous les 12 jours.
    Il reste encore à extrapoler ce délai en cas de pluie dis-continue.

    C'est ce délai qui constitue en grande partie l'objet de ce dispositif.
    







* La construction de cette pièce maîtresse s'opère au travers d'un échange avec Eddy Godeberge sous la forme de biais, de modes de communication non directs.
Les visiteurs pouvaient participer à cet échange en envoyant par lettre affranchie leur propre compte-rendu de l'avancement de l'installation à     Eddy Godeberge, 2 traverse ténériffe, 13016 Marseille.

Merci.
Visites so far: 4/18332