files/logo_Ed&F_portraits_transp_200.png
la branche communication




files/Clans_16/gonf5.gif
Laboratoire des Hypothèses



43°59′44″ Nord, 7°08′54″ Est. Clans.
Après 2 années de sommeil, le réveil de la base.

Streaming : Communication Quantique entre l'étang du haut et l'étang du bas
Du 15 au 22 mai 2016, le Laboratoire des Hypothèses a envoyé Ed & F. en mission à la Chambre d'Eau, au Favril, dans l'Avesnois.

Voici le Journal en ordre chronologique inverse de ces activités :


Arthur - 25 mai 2016 - Mais alors?
Minutes d'une conversation au sein du laboratoire des Hypothèses, un lundi 23 mai 2016, base de Cherbourg, autour d'une infusion de badiane si chère au capitaine.


14h37 - Romaric : Truc de dingue, Cap, hier j'ai vu Albert F4FDY à Marne la vallée en attendant mon train!

14h37 - Le Capitaine : Bonjour Romaric, c'est étrange, il me semble qu'il devait être en communication depuis Bilho avec Ed&F, je m'en informe auprès d'eux.

14h37 - Le Capitaine, par visio-conférence : Bonjour Ed, bonjour F. Romaric a aperçu Albert F4FDY à Marne la Vallée hier, vous ne deviez pas travailler avec lui ?

14h38 - Ed&f, en coeur : Salut Capitaine, nous avons bien reçu une image de Bilho. Romaric doit certainement se tromper.

15h12 - Le capitaine, se tournant, soucieux vers Romaric : Ed&F ont bien reçu une image envoyée par Albert depuis Bilho, tu as surement dû te tromper.

15h14 - Romaric : J'ai une preuve :
files/Favril/Albert_287.jpg

15h14 - Le Capitaine : Hum, très étrange, je transmets la preuve à Ed&f.

15h14 - Le Capitaine envoie le fichier : Regardez!
files/Favril/Albert_287.jpg

15h37 - Ed&F : Effectivement, Cap, c'est bien Albert.
Pourtant nous avons nous aussi une preuve, il s'est lui-même photographié, nous ne comprenons pas. files/Favril/RECU/2016-05-22-18-27-01_400.png

C'est par l'analyse de cet échange riche en rebondissements que rétrospectivement le Capitaine m'envoie un courrier, me faisant part de nouvelles hypothèses le turlupinant.
files/Favril/LettreCap_Arthur_corr2.png


Ed - 22 mai 2016 - !
Je laisse soin à F. de décrire le déroulé opérationnel de ce dimanche acqueux.
Je parlerai seulement de cette victoire historique pour notre branche PNEU où l'image du visage d'Albert F4FDY, transmise par lui et conduite par notre réseau tubique, s'afficha devant nous à la vitesse de transmission d'une autre victoire, un 10 mai 1981.
Ce que je lus alors sur le visage de F. et qu'il lut sans doute sur le mien, n'était pas l'expression de la joie ou du contentement.
C'était de la stupeur.
Car oui contre toute attente, contre le destin, contre notre folie voyageuse, contre un début d'intoxication au Maroilles, contre notre quasi submersion par la pluie avesnoise, nous avons réussi notre exploit : la première communication quantique impliquant des mouvements simultanés d'informations et de matière par gravité dans un réseau cohérent en tube PVC.
Et à cette réussite même, rien ne nous avait préparés.





F. 22 mai 2016 - Écoulement
Cette semaine d'efforts constants de l'équipe renforcée et structurée par l'émissaire Arthur du laboratoire des Hypothèses a abouti - une fois n'est pas coutûme - à une première historique dans le monde du tuyau-amateurisme : la transmission complète d'une image par streaming gravitaire.
Le réseau pourtant plongé dans la tourmente des éléments a fourni son plein potentiel informationnel en véhiculant vers l'étang du bas l'ensemble des ondes sonores composant un portrait, la première - et seule - image reçue et relayée.
files/Favril/RECU/2016-05-22-18-22-52_400.pngfiles/Favril/RECU/2016-05-22-18-27-01_400.png
C'est assez pertubant pour Ed&F de toucher du doigt une certaine forme de réussite, comment pourrons-nous encore chercher de la même manière?
Ces questions fusent dans mon esprit mais c'est l'enthousiame qui prime, car reconnaissons-le, Albert F4FDY nous est apparu, au bord de l'étang, prenant tout d'abord la forme de l'étrange carte d'une terre inconnue, puis éclatant sous sa forme humaine.



Ed - 20 21 mai 2016 - Sous l'aile de la raie manta de la chance
Arthur est un chêne planté au milieu du champ du haut de La Tricoterie.
Ses pieds sont des racines nourries de l'énergie tellurique et ses bras des branches moussues sous lesquelles nous nous abritons.
Sa présence nous galvanise et nous rassure.
C'est bien simple, jamais une mission de Ed & F. ne s'est aussi bien déroulée.
Nous évoluons dans la base comme si nous y étions nés et nous abattons un boulot de forçats en sifflotant.
En deux jours, soutenus par les bénévoles de La Chambre d'Eau, nous avons :
- équipé la base
- relié la base au réseau
- installé une zone de test d'envoi de module sonore - Les Naves -
- conçu et testé les naves
- préparé la base pour la réception radio d'Albert (bien arrivé sur Bilho)
- rodé notre speech pour les visiteurs qui remontent le tuyau pour arriver jusqu'à nous
- pris des douches
Demain dimanche, surfant sur cette vague de baraka, nous tenterons l'envoi des premières naves vers l'étang du bas.









Ed 19 mai 2016 - Le dernier degré de la honte
files/arthur_crop_400.jpg
files/flag_gif_crop_400.gif

C'est au climax de notre intoxication qu'il est enfin sorti du bois.
Arthur James, délégué par le Laboratoire des Hypothèses, c'était lui cette présence que nous ressentions depuis notre arrivée.
Le Capitaine, peu confiant après nos échecs répétés, confia à son homme de main, la mission de nous observer et de lui transmettre les avancées de notre travail.
Grand bien lui a pris.
En effet, nous avons découvert après coup que notre comportement de ces deux derniers jours était du à une intoxication par une plante inconnue avec laquelle F. faisait la vaisselle dans l'étang.
Son effet, proche de celui de la datura, nous a poussé dans un délire commun d'odyssée formidable.
Arthur fût notre antidote, le valium de notre épilepsie.
Et après, ce ne fût pas la même.
A. mit rapidement Vincent et Lucie, de la Chambre d'Eau, au courant de ses fonctions et de nos errances.
Puis, il nous mis au boulot, et sérieusement encore.
Pareil au diable d'eau, il tournoya autour de nous, vociférant, éructant et nous assigna à chacun une multitude de tâches.
Au soir du quatrième jour, son action donnait des résultats stupéfiants.
La totalité des 320 mètres de tuyaux reliant l'étang du haut à l'étang du bas étaient assemblés et l'eau circulait bien de l'un à l'autre, F. avait résolu les problèmes de pompage et de stockage, nous étions près à remettre la base à l'eau et à la connecter au réseau.
A. sembla alors se détendre un peu et la fraternité des membres du Labo refit surface, je lui donnai un dernier coup de pouce en cuisinant le plat préféré de A. : côte de boeuf et pommes de terre cuites dans la cendre.
Le vin que nous bûmes nous réchauffa encore et nous décidâmes d'un commun accord que A. resterait avec nous jusqu'à la fin, non pas comme observateur mais bien comme membre à part entière de l'équipe.

files/cotes_de_boeuf_crop_400.JPG

Arthur 19 mai 2016 - Lettre d'Arthur au capitaine du Laboratoire des hypothèses
Laboratoire des Hypothèses – Rapport de surveillance
Date : vendredi 20 mai
Localité : le Favril, « la Chambre d'Eau »
Agent en place : Arthur James

Cher capitaine,
je ne peux plus vous cacher les événements survenus au Favril ces derniers jours.
Je ne vous épargnerais pas, mon rapport est accablant.

En préambule, je me dois d'évoquer les conditions dans lesquelles s'est déroulée ma mission.
L'installation du camp d'Ed&F dans une zone marécageuse hostile et le fait de devoir rester constamment à l'abri de leur regards m'ont amené à travailler tapi dans le froid, l'humidité et la boue, les plantes urticantes, les ronces et autres arbres à épines. Impossible pour moi de me réchauffer ou tout simplement de m'asseoir. Les rations de survie que vous m'aviez fourni, Capitaine, ne furent qu'une maigre consolation...

Je ne cherche pas ici une excuse, seulement j'étais dans un état de fatigue extrême lorsque le drame arrivât et cela a peut-être entamé la rapidité de mon jugement.

Les premiers jours, Ed&F. respectèrent la mission qui leur était impartie.
La construction de la base de réception s'est par exemple déroulée sans encombre.
Néanmoins, dès sa triomphale mise à l'eau , les premiers signes de ce qui ne sera ensuite qu'une dérive malade firent surface.
Rapidement, effet de la nature sauvage ou simple régression mentale, Ed&F. envisagèrent le potentiel marin de la base devenue embarcation.
Mais leur dessein ne m'apparut entièrement que lors de la découverte de leur objectif (fig.1) : rejoindre les côtes de l'Ile Null.
Je décidais tout de suite de lancer le protocole de récupération de la mission et comme on pouvait s'y attendre, tout rentrât rapidement dans l'ordre.

Ma mission arrive à son terme, toutefois je vous demande par la présente l'autorisation de la prolonger afin d'offrir à la mission de la branche communication mon esprit clair et rationnel.

Capitaine, je vous embrasse.

Arthur
files/map_crop_400.jpg






Ed & F. 18 mai 2016 - Ailleurs.


C'est à quatre mains qu'aujourd'hui le journal s'écrit, car aujourd'hui le sens de notre venue au Favril nous apparaît, limpide et vibrant, tel l'atoll d'Ahe où Bernard Moitessier se réfugia.

Non seulement cette base flotte parfaitement, mais elle montre des aptitudes à capter le vent et à tenir le cap tout à fait inespérées.
L'orage qui montait se termina en grains violents, poussant notre esquif d'un bout à l'autre de l'étang.
Tenant un cap d'une stabilité étonnante, au portant comme au près, avec des pointes à près de neuf noeuds, ce n'est plus une base, c'est un véritable navire, et non des moindres.
Et nous, depuis tant de jours isolés, ivres de cette nature fourmillante de vie, pareils aux équidés sauvages, l'esprit en perpétuel dialogue avec les ruminants si proches, tendus comme les cuisses d'une reinettes, crachons vers le ciel de nos gorges ouvertes un hurlement de mort, une complainte primitive. De nos deux corps meurtris par les éléments, transpirants de boue et de mousse, renaît enfin le duo flamboyant.

J'étudie alors les cartes du pays.
Non loin de l'étang coule la Rivièrette.
Il est aisé d'y jeter notre bateau en le faisant rouler sur ces tuyaux qui nous entourent.
Quel autre usage pour ces tubes sinon nous ouvrir les portes d'une circumnavigation?
Le monde s'ouvre à nous et nous, nous sommes encore là, à viser l'étang du bas, objectif étriqué face à l'immensité de ce qui nous reste à accomplir.

Il nous faut quitter l'étang du haut!
Quitter l'étang du bas, quitter la chambre d'eau, les éclectiques campagnes, le Favril par le marais de la Folie, quitter l'Avesnois par le canal de la Sambre à l'Oise, la France par la Seine et filer vers le Golfe de Guinée, l'île Nulle, et tant d'autres terres à découvrir, à conquérir, à inventer.

Mais comment faire comprendre à nos hôtes ces nouvelles nécessités?
Ils ne pourront l'accepter, c'est sûr.
Qu'importe, l'enjeu est trop grand.

Dès que le matériel sera arrimé, peut-être dans la nuit, nous partirons, emportant avec nous les rêves et les mystères du monde, et remerciant infiniment nos hôtes de nous avoir ouvert les yeux.


F. - 18 mai - 8h - Floating!


F. 17 mai 2016 - Costa Concordia
files/Favril/maquette_coulée_crop_400.jpgfiles/Favril/ed_genisse_266.jpg

Certes la maquette coula.
Mais Ed, pris par sa passion des ruminants n'a rien remarqué, il partage son temps entre la construction du prototype et d'interminables observations des génisses d'à côtés.
Le travail avançant, il sollicite de plus en plus fréquemment mon avis sur les ajustements à apporter à la base, et les informations nous manquent.
Mettant à profit une de ses incursions dans le monde bovin, je décide de m'équiper pour opérer un renflouage en bonne et due forme.
Ni les sangsues, ni les rats musqués, ni même cette étrange sensation d'être épiés ne purent m'empêcher de mener à bien cette mission qui m'évoque aussitôt cet échouage, cette neuvième aube d'une expédition en juin 2012 où Ed, Bruno et moi dûmes finir notre nuit les duvets baignant dans l'eau saumâtre de la Loire (Aventure du Fabrudy).
L'étang du haut sera-t-il notre nouvelle Loire?



Ed - 17 mai 2016 - Plastic people of the universe
La construction de la base PVC s'est parfaitement déroulée.
L'assemblage des tuyaux sur les chevrons par serrage par sangles, une proposition de F. , s'est avéré être une excellente technique.
Nous n'avions plus qu'à emboiter les tubes dans les raccords en collant les parties immergées, de façon à ce qu'exceptionnellement, l'eau ne pénètre pas dans les tuyaux, et la forme de notre base est apparue en quelques minutes.
Je n'avais plus alors qu'à suspendre des bâches pour nous protéger sommairement de la pluie et à les assembler par couture grâce au fil trouvé sur l'île de Bilho et vogue le navire.
Mais nous ne procéderons que demain à sa mise à l'eau, ce soir j'ai promis à F. mon chili d'expédition.
files/chili_crop_400.jpg



F. - 16 mai 2016 - Étang du haut, 12°Celsius, ciel dégagé, légère brise.
files/Favril/caisse_crop_400.jpg
Après une première nuit dans un campement rudimentaire et un frugal petit déjeuner au bord de l'étang, nous attaquons le coeur de l'activité.
A ma grande surprise, Ed cultive désormais pour les équidés une fascination qui le plonge un long moment dans une contemplation profonde.
Je me charge donc en solitaire des premiers tests in situ du prototype de la base flottante. Cette maquette à l'échelle 1:5 conçue dans nos ateliers de la rue Hippolyte de Tocqueville, à Cherbourg, constitue le modèle exacte de notre base à venir.

Tout se déroule pour le mieux.
Ces résultats encourageants confirment mes prédictions de fiabilité du nouveau modèle d'abri, et en dépis de la Pentecôte, j'engage Ed à attaquer aussitôt la fabrication de la version à taille réelle.
Dès demain, nous dormirons sur l'étang et la base sera amarrée à une position parfaite pour synchroniser la station de réception.



Ed - 16 mai 2016 - Vibes
Après ces 24h passées avec F. , mes craintes se sont dissoutes sur son état mental.
Peut-être même ces épreuves passées l'ont rendu plus clairvoyant, plus perspicace encore.
Non, de ce coté là, rien ne m'inquiète plus désormais.
J'ai par contre une sensation étrange, sans qu'elle soit particulièrement désagréable mais que je ne saurais expliquer.
Sans doute la présence proche de quelques bovins et équidés, au demeurant sympathiques, me perturbe plus qu'elle ne devrait.
J'ai bien peur d'avoir perdu le contact avec le monde sauvage dans les sauvages cités méridionales.
Qu'importe! Le travail à abattre est colossal, nul temps à perdre sur l'aura des bestiaux.




F. - Dimanche 15 mai 2015 - 5h00 - Cherbourg / Le Favril
5h. je charge le matériel nécessaire dans les trois caisses modulables que le capitaine du Laboratoire des Hypothèses a gratuitement mis à la disposition de Ed&F.
Quelle chance de pouvoir bénéficier de ce matériel de pointe pour ces nouvelles recherches!

8h. Le chargement solidement arrimé, je prends la route vers l'Avesnois sous un soleil radieux.
Je ne m'accorde aucune pause, je mets un point d'honneur à arriver à temps au Quesnoy pour récupérer Ed. à la gare, je sais que son esprit bouillonne déjà d'innovations qui feront de ce moment de recherche une réussite, ou au moins un échec constructif.

14h31. Lors de notre étreinte de cohésion, le cuir de Ed distille cette chaleur méridionnale qui me manquait.
Nous filons ragaillardis vers la Chambre d'Eau prendre possession de l'étang du haut dans la torpeur d'un après-midi que baignent les décibels de la fête foraine toute proche. Après quelque temps pris à goûter à la vie douce des gens d'ici, l'aventure nous appelle.
Les derniers kilomètres qui bous séparent du parc de la chambre d'eau sont vite engloutis par la Laguna et enfin l'étang s'ouvre à nous, sous cette traditionnelle drache qui accompagnera chacune de nos virées.
Trempés, nous goûtons ce moment de nature et enfourchons les chevaux de la découverte.



Ed. - Dimanche 15 mai 2016 - 06h45 - Marseille->Le Favril
Le mistral qui a forci cette nuit s'opposerait-il à mon nouveau départ?
En tout cas, la direction à suivre est claire : Nord.
Je vais retrouver Fabrice pour la première mission depuis l'échec de l'aventure karstique et son errance solitaire dans les boyaux souterrains d'Armorique qui finit en échouage côtier et qui manqua le tuer.
Bien sur, nous nous vîmes plusieurs fois depuis, mais ce fût dans le cadre du Laboratoire des Hypothèses.
Fabrice devient alors Le Capitaine, rien ne pouvant ébranler son courage, sa force et sa détermination.
Mais qu'en est-il de F. ?
La force de notre amitié et l'importance de notre mission suffiront-elles pour l'aider à surmonter les fêlures d'une âme prisonnière d'un corps ballotté dans un sous-marin en contreplaqué par les pervers courants karstiques?

F. - 14 mai 2016 :
Ça y est.
Notre protocole d'étude est ficelé, chacun de notre côté, nous préparons avec précision un matériel d'investigation adapté à ce contexte inconnu, bien conscients des attentes que le laboratoire des hypothèses a placé dans cette semaine de prototypage intensif.

À Cherbourg, quelques broutilles techniques :
files/Favril/materiel_crop_400.jpg

À marseille les éléments essentiels d'une recherche menée sous haute pression :
files/Favril/IMG_6975_web_400.jpg

-----

Les éléments de cette recherche en cours :

La communication entre les îles est un problème essentiel pour le Laboratoire des Hypothèses qu'Ed & F. devra traiter en construisant le premier système de communication quantique impliquant des mouvements simultanés d'information et de matière par gravité dans un réseau cohérent de tubes PVC.



La dernière aventure de Ed & F., l'exploration du réseau karstique armoricain dans un sous-marin en bois nous avait laissés sur le carreau tant physiquement que psychologiquement (on se rappellera l'angoisse de Ed, sans nouvelle du Capitaine, et la lente dérive vers la folie de celui-ci jusqu'à sa libération par l'équipe du Labo dans la rade de Cherbourg).

files/Karstique/Sauvetage_web_400.jpg
Pourtant nous ne fûmes pas inactifs ces 18 derniers mois, puisque nous participâmes aux dernières missions du Laboratoire et notamment l'exploration de l'îlot Bilho, dernière île sauvage de l'estuaire de la Loire.
Ces missions nous servant de répétitions pour notre but suprême :

l'implantation du centre de recherche autonome du Laboratoire sur l'Île Pelée, dans la rade de Cherbourg.


C'est au cours de cette exploration que nous fûmes initiés par le radio-amateur Albert - nom de code F4FDY - aux miracles de la transmission radio-fax, par le procédé Slow Scan TV, mêlant ainsi les différentes missions du Labo.

L'invitation de La Chambre d'Eau au Favril est une aubaine pour Ed & F.

Elle permettra premièrement le retour du duo Communication, désormais remis de leurs émotions. Elle nous permettra aussi de renouer avec Albert F4FDY, dont nous tenterons de recevoir les messages-images en direct depuis l'îlot Bilho.

Nous tenterons ensuite de transmettre ces messages par voie aquatique entre l'étang du haut et l'étang du bas, et ce faisant, nous tenterons la simulation d'une potentielle voie de communication entre le continent et l'Île Pelée (326m entre les étangs contre 1 mille marin soit 1852 m entre le continent et l'Île Pelée).

files/Favril/La_Chambre_d_Eau_-_Google_Maps_parcours_distances.png

Il nous faudra alors garder à l'esprit cet axiome, point de base de tous nos travaux en matière de communication :

le taux de détérioration d’une information lors de sa transmission est inversement proportionnel à la complexité du réseau et à la multiplication des noeuds de communication.

files/Favril/non_lineaire_160325.png
(nous remarquons que le tracé singulier imposé par le site de la Chambre d'eau nous informe sur la réalité des réseaux sous-jacents présents au sein de la rade de Cherbourg, un nouveau nœud est né, il sera a étudier)


Pour ce faire, nous devrons installer une base flottante sur l'étang du haut d'où partira un réseau construit en tube PVC d'évacuation, une matière dont nous avons déjà pu tester la fiabilité et les qualités.

files/Favril/etang_incruste_03b_400x301.jpgfiles/Favril/extension02_web_400.jpg


Dans un soucis d'économie et afin de ne pas perturber les envois aquatiques, nous construirons la structure flottante du labo avec ces mêmes tubes PVC.

Cette base nous servira également d'abri et de couchage pendant la période de travail.

files/Favril/IMG_6894_600.JPG

L'eau porteuse de modules de communication contenant les messages d'Albert F4FDY se déversera via le réseau PVC dans l'étang du bas, où nous filtrerons les messages.

files/Favril/tout_01_600.jpg

Des modules de transmissions à mémoire de fréquence sont à l'étude dans nos locaux R&D, ils permettraient de faire circuler les images sous forme de modules sonores autonomes étanches et flottants.

Ceux ci pourront être récupérés grâce au valeureux Saint-Hortaire, un zodiac Mark II de 1974, navire officiel du Labo, et affichés régulièrement.
Visites so far: 11/15568